Les enfants

Grossesse après un avortement: à quoi s'attendre?

La question de savoir combien de temps après un avortement peut tomber enceinte, inquiète beaucoup de femmes. Peu importe qu’il s’agisse d’une interruption artificielle ou spontanée: une personne s’inquiète pour la sécurité des relations sexuelles, tandis que d’autres cherchent à reprendre ses tentatives pour concevoir un enfant le plus rapidement possible.

Malheureusement, le médecin ne fournit pas toujours au patient des informations complètes sur les méthodes de protection recommandées et les complications possibles. Dans ces subtilités, essayez de comprendre par vous-même.

Il faut se rappeler que le premier jour d'avortement est le premier jour du cycle menstruel. Dans ce cas, peu importe que tout se soit passé naturellement ou qu'une intervention médicale ait eu lieu. Par conséquent (rappelons les caractéristiques de la physiologie féminine), l'ovulation peut survenir dans les deux semaines, et dans le cas de rapports sexuels non protégés, une nouvelle grossesse se produira.

Les médecins soulignent que la reprise des rapports sexuels après un avortement ou un avortement ne devrait pas être plus tôt qu'après la fin du congé (au moins 10 jours). C'est peu de temps et il ne vaut pas la peine de le réduire - la probabilité d'une infection de la cavité utérine pouvant provoquer un processus inflammatoire est extrêmement élevée. Traiter de telles complications est assez difficile et long.

En outre, il est formellement interdit de faire l'amour sans utiliser de contraceptif - bien sûr, vous pouvez tomber enceinte presque immédiatement, mais le corps de la mère doit se reposer et récupérer du stress subi, car il y a eu une défaillance hormonale dont les conséquences se feront sentir pendant un certain temps. Vous pouvez reprendre votre tentative de grossesse au plus tôt dans trois mois.

Quelles méthodes de protection sont optimales dans cette situation? Les gynécologues recommandent le plus souvent des contraceptifs oraux (bien sûr, en l'absence de contre-indications).

Vous pouvez commencer à prendre le médicament le jour de l'avortement. Si vous suivez les instructions et n'oubliez pas de prendre la prochaine pilule, la grossesse ne se produira pas.

Pendant 12-14 jours, l'effet sera suffisamment persistant, ce qui permettra de reprendre les relations sexuelles. Ces comprimés désactivent la fonction ovarienne et l'ovulation ne se produit pas.

Si la prise de médicaments contraceptifs est contre-indiquée, Vous pouvez utiliser des préservatifs ou mettre un dispositif intra-utérin.

Les femmes qui veulent avoir un enfant doivent se rappeler que s’il n’ya pas de problème de santé, on peut tomber enceinte assez rapidement, car la majorité des avortements spontanés aux premiers stades sont causés par des pathologies du développement de l’embryon chromosomique. Dans tous les cas, il est préférable de retarder la conception de trois ou quatre mois.

La réception de contraceptifs oraux combinés au cours de cette période donnera aux ovaires la possibilité de se reposer et, après l’arrêt du traitement, ils commenceront à travailler dur, ce qui augmente les chances de grossesse.

Essayons de savoir comment une future grossesse peut survenir après un avortement médical ou spontané.

Comme on le sait, l'avortement par instrument est souvent le choix conscient d'une femme qui n'est pas encore prête pour la maternité. En outre, diverses maladies - troubles du système nerveux, maladies des organes internes, oncologie, peuvent devenir une indication d'interruption. L'opération, à des degrés divers, affecte la santé reproductive des femmes.

Malgré son apparence de simplicité, l'avortement est une intervention très complexe. Il implique le curetage simultané de l'utérus et l'ablation de l'ovule. Le spécialiste qui effectue les interruptions doit être extrêmement prudent, car avec un faux mouvement, vous pouvez endommager la couche fonctionnelle de l'utérus, ce qui entraînera une infertilité.

En outre, l'inflammation est une complication assez fréquente après l'avortement, ce qui complique le début de la grossesse. Dans le cas où le col de l'utérus est blessé, n'exclut pas la manifestation d'une insuffisance cervicale - une condition dans laquelle le col de l'utérus ne remplit pas une fonction de contention.

Une telle infériorité devient la cause d'interruption à 16-18 semaines, accompagnée d'un écoulement sanglant et de douleurs crampes. Les femmes à risque sont celles dont la première grossesse se termine par un avortement médicamenteux - le canal cervical est dans ce cas très étroit et il est facile de l'endommager avec un instrument.

Souvent, la cause des fausses couches après un avortement est une violation de la régulation hormonale. Une interruption modifie le fonctionnement du système, dont la tâche est d’assurer une protection fiable et le plein développement de l’enfant. Le travail coordonné des organes endocriniens revient à la normale pendant longtemps et la grossesse ultérieure peut ne pas recevoir un soutien hormonal complet. Ainsi, un manque de progestérone au premier trimestre peut provoquer une interruption.

Une blessure et un amincissement de la couche interne de l'utérus lors d'un avortement peuvent entraîner une fixation incorrecte de l'ovule. L'état de la couche interne de l'utérus est d'une grande importance pour la formation du placenta. Une complication peut être un emplacement bas du placenta ou une grossesse cervicale.

Des défauts dans la formation du placenta peuvent entraîner un apport insuffisant en nutriments et en oxygène au fœtus, ce qui entraîne divers troubles et retards de développement.

Une des complications les plus graves après un avortement est la rupture de l'utérus. La raison en est l’amincissement des parois d’un instrument médical. Dans ce cas, une intervention chirurgicale sera nécessaire pour rétablir l'intégrité de l'organe. Toutefois, la cicatrice qui en résulte peut diverger pendant la grossesse ou l'accouchement suivant.

Lors de la planification d’une grossesse, veillez à ce que le médecin ne connaisse pas la possibilité d’un avortement; il vous aidera donc à prendre les mesures nécessaires dans les meilleurs délais.

Les femmes qui ont eu un avortement spontané (fausse couche) font face à plusieurs autres problèmes.

Ainsi, la cause de la fausse couche est le plus souvent:

  • Troubles hormonaux. La cause de l'interruption est souvent une quantité excessive d'hormones mâles et un manque de femme. Après avoir mené les études appropriées, un traitement correctif spécial est prescrit, ce qui permet d'éviter de tels problèmes lors de tentatives ultérieures de préservation de la grossesse;
  • Problèmes de santé des femmes. Diverses infections sexuellement transmissibles (mycoplasmes, chlamydia, ureaplasma) peuvent provoquer une fausse couche. Avant la prochaine grossesse, un examen approfondi et un traitement devront subir les deux partenaires. En outre, l'interruption spontanée est facilitée par la présence de fibromes (tumeur utérine), de maladies chroniques (diabète, problèmes de glande thyroïde). Dans ce cas, des consultations sont nécessaires non seulement avec le gynécologue, mais également avec des spécialistes spécialisés;
  • Pathologie du système reproducteur. Par exemple, une pathologie du col de l’utérus peut être à l’origine de sa divulgation prématurée;
  • Facteurs externes implique une chute, une musculation, un effort physique;
  • Incompatibilité immunologique se manifeste dans le cas où le corps de la mère cherche à supprimer les cellules mères de l'embryon. Après les examens, un traitement d'immunothérapie est prescrit, ce qui élimine le problème.
  • Stress psychologique et le stress peut provoquer une fausse couche, entraînant une hypertonicité de l'utérus;
  • Troubles génétiques arriver assez souvent, et en raison du manque de viabilité d'un tel germe est supprimé, qui, en fait, est la sélection naturelle habituelle. Sauver la vie d'un enfant dans ce cas est impossible. Si de tels avortements se produisent plus d'une fois, un généticien sera nécessaire.